Mal de pierres

Il y avait longtemps qu’un roman ne m’avait pas émue aux larmes.
La dernière fois, me semble-t-il, c’était à la lecture de Lettre d’une inconnue de Stephan Zweig qui m’avait pris aux tripes et m’avait fait verser une larme.

J’adore qu’un roman me bouleverse et c’est ce qui m’est arrivé hier après-midi. Installée sur la terrasse au soleil, j’ai dévoré ce tout petit roman, très court, et pendant une heure j’avais quitté ma terrasse pour l’île voisine, la Sardaigne, pour vivre l’histoire dans les années 40/50 de cette héroïne Sarde « aux longs cheveux noirs et aux yeux immenses » racontée à travers les yeux plein d’amour de sa petite-fille, la romancière et narratrice.

Cette histoire sur fond de guerre, c’est le portrait poétique d’une femme atypique qui souffre du mal de pierres (les calculs rénaux), d’un mariage sans amour, d’une rencontre avec « Le rescapé » qui marquera à jamais le coeur de la grand-mère, mais c’est aussi cette question : « Sait-on jamais tout de quelqu’un, aussi proche soit-il ? »

La fin est sublime. Elle offre une toute nouvelle perspective de l’histoire et donne envie de reprendre immédiatement le roman à la première page. Moi, cette fin inattendue m’a bouleversée.

Ce petit roman de Milena Agus est un bijou et je vous le conseille vivement. (Non, je vous ordonne de le lire!)

En bonus, un petit extrait :

« Ils étaient assis sur un banc et grand-mère prit la tête du Rescapé entre ses mains, l’attira sur son cœur qui battait la chamade et défit les premiers boutons de son chemisier. Il caressa ses seins de ses lèvres qui souriaient. « Et si nous embrassions nos sourires ? » proposa grand-mère, alors ils échangèrent un baiser liquide, interminable, et le Rescapé lui dit ensuite que cette même idée, des sourires qui s’embrassent, était venue à Dante au chant cinq de L’Enfer pour Paolo et Francesca, qui s’aimaient et qui n’auraient pas dû. »

Publicités

8 réflexions sur “Mal de pierres

  1. @ Galstar: C’est un peu ça et tellement plus encore! Malheureusement je ne pourrais pas répondre sans révéler le terrible secret qui n’apparaîtra que dans la dernière page, il faut le lire!

  2. Je crois que j’avais mis ce livre dans la liste des « à lire » puis je l’ai oublié mais tu me donnes terriblement envie de le lire.

  3. Pingback: Gravé dans la chair « Sunday Morning

  4. Déjà lu, adoré. Et si vous y avez été sensible, peut-être aimerez-vous « Océan mer » d’Alessandro Barrico. Ce sont les deux livres qui m’ont bouleversée cette année. Lisez, dites-moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s