Mes amis Hofstadter, Deniau et Murphy

La loi de Hofstadter (que l’on appelle aussi la loi de glissement de planning) est une loi que j’ai cité de multiples fois dans ma vie professionnelle.
Cette loi dit tout simplement ceci:

« La loi de Hofstadter dit qu’une tache prend toujours plus de temps qu’on ne le pense, même en prenant en compte la loi de Hofstadter. »

Évidemment, elle est rigolote cette phrase, mais pleine de sens finalement. Surtout dans un métier comme le mien et dans tout ce qui peut impliquer Recherche et Développement.

Dans mon métier (développement de logiciel, NDLR) on m’a toujours posé cette question fatidique (que tout développeur redoute comme la peste) « Combien de temps pour cette tâche? »
Généralement, on répond « 3 mois » (ou 10 jours / 2 heures / 30 minutes).
Mais généralement, on pense « J’en sais rien mon pote. Ce sera fait quand ce sera fait. »

Parce que le développement, et précisément le développement informatique, c’est l’enfer. Il y a des millions de paramètres auxquels on ne pense jamais, sauf au moment même où ils viennent nous emmerder. Et quand un problème technique vient vous pourrir l’existence, c’est généralement le début de la loi des séries ou de la loi de Deniau:

« D’abord les ennuis s’additionnent, ensuite ils se multiplient »

Ensuite, une fois que le travail en lui-même est fait, cela ne veut pas dire que le travail est fini. Il faut le tester, mettre le programme en situation, voir s’il est supporté, performant en toute situation. Et on pourrait se dire que généralement, le travail étant bien fait, le test sera concluant. Sauf que non.

N’oublions pas la très célèbre loi de Murphy (ou loi de l’emmerdement maximal).

« Si quelque chose peut mal tourner, alors cette chose finira infailliblement par mal tourner. »

Le test révèlera donc toujours des erreurs, des bugs et autres troubles qu’il faudra revoir. Un test en fin de développement n’est jamais concluant du premier coup, c’est une règle.

La loi de Murphy est tellement présente en informatique que, nous autres les informaticiens, avons notre propre dérivé de cette loi. C’est la loi de Tommy (la loi de Murphy au carré). Et elle dit:

« Tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera nécessairement encore plus mal que prévu. »

CQFD
Si j’avais su, je vous assure que j’aurais fait autre chose. J’aurais été pompier.

Publicités

6 réflexions sur “Mes amis Hofstadter, Deniau et Murphy

  1. tu aurais pu faire prof de lettre aussi parce que tu tournes drôlement bien tes billets: ils sont clairs, nets et précis.Je comprends tout.

  2. Moi celles qui marchent bien chez moi c’est les lois de Murphy et de Deniau.s’entendent comme des larrons en foire ces deux là…. à nos dépens bien sur..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s