La magie du journal

C’est en lisant l’article de Louisianne à propos des blogs qu’il m’est revenu cette nostalgie du journal intime.

J’ai tenu pendant très longtemps un journal. Écrire était un exutoire, un lieu de défoulement, d’apaisement après une journée difficile (Qui a dit que les ados n’avaient pas de problèmes ?). Peut-être aussi une façon de contrôler sa vie quand elle nous échappe, de mettre les choses à plat pour mieux les appréhender. Je ne sais pas.

En tout cas, ce que je sais c’est que c’était devenu vital pour moi. Ecrire, écrire toujours.

J’ai rempli un premier petit journal d’enfant avec cadenas, puis un autre, puis un gros bloc de pages blanches. Puis le dernier, celui de la maturité, était un cahier à dessin. Celui-là n’est pas terminé. C’est mon journal inachevé.

Quand j’ai déménagé il y a quelques mois, je suis retombée dessus, dans une petite malle de souvenirs. Je l’ai feuilleté et j’ai lu la dernière page. Ce jour-là, un 31 Juillet, j’écrivais dans mon journal à quel point j’en avais marre. Le ton était cynique, je pestais contre mes histoires foireuses, contre les hommes qui me faisaient souffrir, contre moi-même qui reproduisais toujours les mêmes schémas. Et puis, je me promettais que tout ça était bel et bien fini, terminé d’essayer de trouver l’homme idéal, terminé les histoires insipides ou trop compliquées, l’été serait désormais consacré à m’amuser. Tout en bas de la page, mes derniers mots étaient : « Autant ne pas sortir ce soir, me coucher tôt et profiter demain de ma journée plage avec Marie [ma cousine] »

Ce sont les derniers mots de mon journal. Ecris un 31 Juillet.

Le lendemain, 1er Août, je suis effectivement allée à la plage avec Marie.

Je m’en souviens très bien, c’est le jour où j’ai rencontré l’homme de ma vie.

Publicités

7 réflexions sur “La magie du journal

  1. Normal t’étais avec une Marie, ça porte bonheur 😉

    Plaisanterie à part, je pense que les blogs qui durent c’est ceux des personnes qui aiment écrire ou la littérature… ou raconter..

  2. Génial ! C’est aussi ça que j’ai toujours aimé dans le journal, dans l’écrit : le point de repère ! Un jour un homme m’a dit qu’il trouvait les écrits statiques ! Et bien pas du tout ! Au contraire, quand tu relis, tu es contente d’avoir évolué ! Et le journal te permet aussi de reconnaitre tes erreurs !

  3. Oooooh moi a, aussi j’aime le journal intime, tu connais ma collection, hein? je les relis encore quand j’ai le blues, et ça me fait le même effet à chaque fois. J’en ai un d’inachevé, je l’ai commencé il y a un an presque jour pour jour, tous les soir, j’ai cette furieuse envie d’écrire, tous les soirs il me fait les yeux doux, il est bien en vue, et je ne sais pas pourquoi je n’y arrive pas, tout comme je n’arrive plus à alimenter mon blog alors que j’y avais pris goût. Je n’y arrive pas et pourtant l’envie est là au fond, et j’ai tellement de choses à lui confier et tellement besoin de m’épancher.

  4. Je suis sûre que l’arrêt de ton journal a un lien avec la rencontre de Monsieur, peut être que tu n’avais plus besoin de l’alimenter, mais est ce tu n’as jamais eu envie de le continuer, même des années après?

  5. @Marie: Parfaitement d’accord, aimer écrire c’est le point commun de tous les blogueurs !

    @Louisianne: C’est vrai, même si parfois ce n’est pas agréable de se relire, parce qu’on a évolué et qu’on se sent bête d’avoir penser telle chose ou d’avoir fait telle autre chose. Mais ça fait partie de nous, alors c’est bon à prendre. Pour grandir ?

    @Karia: Oh oui je connais ta passion pour les journaux intimes. Tu es même hors concours ! Mais pourquoi avoir arrêter ?
    Moi j’ai arrêté quand j’ai rencontré mon homme, c’est vrai. Peut-être que j’ai changé, peut-être que la vie étant plus douce je n’avais plus besoin de déverser mes malheurs dans un cahier, ou peut-être que j’avais trouvé quelqu’un à qui parler! A vrai dire, je ne sais pas.

  6. Je suis d’accord avec Angie concernant le fait que c’était peut être prémonitoire, ou alors, ton homme est venu combler le manque que tu confiais à ton journal, c’est lui qui est devenu ton intime. Vas savoir.
    Pourquoi j’ai arrêté? Je ne sais pas, l’envie est là pourtant et quelques fois je l’emporte avec moi au cas ou j’aurais un moment mais rien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s