Cracher dans la soupe

Je vous parlerais plus tard de pourquoi j’étais partie de la blogosphère et de pourquoi j’y suis revenue. Mais tout d’abord je vais vous parler de comment j’y suis revenue.

Pendant ma grève de blog, au début j’avais plus Internet. C’était un problème technique mais faut dire que ça aide à décrocher. Puis après, même avec le ouèbe at home, je n’allais plus sur les blogs. Jusqu’à ces dernières semaines. Et ce que j’y ai vu, ça m’a pas plu, mais alors pas du tout.

Mes préférées avaient quasi-tous disparus. Bon, ça je comprends, je l’ai fait aussi.

Et ceux qui restent?

Et bien ceux qui restent, publient tous les jours. A croire que c’est leur job.
Au milieu de la publicité qui clignote un peu partout, se trouve un article, totalement sans intérêt, vide de style et de sens, qui vous vente les mérites d’un produit plus ou moins girly. Aujourd’hui c’est un rouge à lèvres ou une crème miraculeuse, et demain? Un nouveau baril de lessive? Quand elles* ont la flemme, elles vous ressortent un vieil article recustomisé, parce qu’il ne faudrait pas perdre du lectorat. Une journée sans bloguer, c’est la mort du blog!
Plus généralement, et indépendamment de cette politique de sponsoring, il y a la course à la popularité. Le besoin irrépressible d’être en tête du top wikio. Alors, on se tire dans les pattes, on attire du lectorat par tous les moyens, on fait du vide-dressing parce que c’est la mode, on commente tout et n’importe quoi pour laisser sa trace et on se fait de la pub.

Alors, c’est ça être un blogueur influent? Le résultat est super moche, ces blogs-là ne ressemblent à rien. Mais le pire, c’est que le lecteur est pris pour un con. Un mouton consommateur qui n’est là que pour aider à faire de l’audience, du chiffre et donc du profit.

Paradoxalement, comme me le faisait remarquer un ami de la blogosphère, même le plus anonyme et authentique des blogueurs, se prend à rêver de faire pêter ses stats. Et je lui réponds par cet article que la différence est de taille! Le blogueur authentique peut certes rêver de gloire et de paillettes, mais il ne franchira pas pour autant la frontière qui le sépare du côté obscur des blogueurs influents.

Note 1: Tout ça m’a donné une idée. Je vous en parlerais mais chaque chose en son temps…

Note 2: Biensûr, il y a encore des super blogs sur la blogo, rassurons-nous!

* Je pourrais citer. Tant qu’à cracher dans la soupe, autant donner des noms. Mais sérieusement, je pense que vous les avez clairement identifiés non? C’est ça être influent. Pas besoin qu’on vous cite.


Publicités

2 réflexions sur “Cracher dans la soupe

  1. Je ne me reconnais pas du tout dans ces blogs là, mais il est vrai que je ne les lis pas !
    Poster tous les jours si on a rien à dire, c’est nul, pub ou pas pub ! De toutes façons, les rares fois où je suis sollicitée par les annonceurs, je réponds que ce n’est pas chez moi qu’il faut frapper !
    Après comme je l’ai déjà écrit souvent dans les coms, les blogs c’est comme les magazines au kiosque : ceux que tu lis tous les jours ou presque, ceux que tu lis de temps en temps, et ceux que tu ne liras jamais !

  2. je te découvre par le biais de chez louisianne.. et si je puis me permettre, le blog dans mon cas n’est pas lié aux stats je suis une telle quiche en informatique d’ailleurs que je ne sais pas comment faire chez moi car je n’ai apparemment pas cette option dans overblog, impossible de savoir le nombre de passages etc etc.. ça me va très bien… et je ne suis pas une assidue de l’écriture 🙂

    sinon je vais prendre le temps de découvrir ton blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s